la carte au fil des millénaires

Il est difficile de connaître la date exacte de l’invention de la carte. Il y a un fossé entre les premiers vestiges du « cadastre » de Belinda en Italie du Nord et les cartes actuelles. Aujourd'hui, elles permettent de transmettre des informations au même titre qu'un texte ou une image.

Ce « cadastre de Belinda » datant de 2000 avant J.C fait apparaître une mystérieuse topographie, toujours pas élucidée de nos jours. Une tablette d'argile de la fin du royaume de Babylone (vers -500) montre une carte tracée au compas : la terre est entourée de l’océan et des astres. En bois ou en métal, des tablettes accueillent les premières cartes grecques. Le papyrus se substitue sans doute rapidement à ces matériaux massifs. Les Egyptiens traçaient déjà des cartes sur ce support fragile. Plus près de nous, entre -300 et -600, Aristote et Pythagore avaient l’intuition, grâce au théorème, que la Terre était sphérique. Vers -200, Eratosthène déduisit la circonférence de la Terre grâce à ses observations sur le soleil et un calcul géométrique.

 

Manuscrite, la carte est unique et les copies sont fastidieuses et sujettes à erreurs. Mais une révolution est en marche. Appliquée à la cartographie dès 1155 par les Chinois, l’imprimerie est introduite en Europe vers 1450. Beaucoup d’Allemands et d’Italiens découvrent ainsi la cartographie. Le graveur remplace le scribe et l'enlumineur. Dès 1477, la gravure sur cuivre fait son apparition. En 1569, Mercator invente une nouvelle projection : les méridiens sont des lignes parallèles ; la latitude augmentant, la distance entre les parallèles s’accroît et les pays sont déformés. Le marin peut représenter par une droite un tracé de compas, coupant tous les méridiens sous le même angle. II détermine ainsi sa course, d’un port à l’autre.

 

La cartographie commence à être enseignée à Majorque ou Dieppe. Cette science se développe au16ème siècle dans les universités allemandes et bénéficie des progrès en mathématiques et en géométrie, comme la trigonométrie. En 1644, le premier empereur mandchou réforme la cartographie. Du 14ème au 16ème siècle, les rois du Portugal et de Castille emploient officiellement des cartographes. Louis XIV fonde en 1666 le corps des Ingénieurs du roi.

Le progrès technique sert les politiques de cartographie nationale : la Carte de France de Cassini est exemplaire à cet égard. L’abbé Picard mesure d'abord un arc du méridien de Paris à l'aide d'une chaîne de triangles (1669-1670). En 1718, cette chaîne s’étend de Dunkerque aux Pyrénées et permet de multiplier les calculs de longitude et de latitude. En 1747, le gouvernement finance le projet d’une carte topographique de France présentée par François Cassini de Thury. L'entreprise se poursuivra jusqu'à la Révolution, mais sur des fonds privés. La triangulation du territoire permet à la dynastie des Cassini de tracer les 182 feuilles de la Carte géométrique de France. Au 19ème siècle, les relevés nationaux ne témoignent pas de mutation sensible par rapport à cette méthode. La centralisation étatique favorise la multiplication des cartes. L'État intervient pour l'achèvement du projet en 1818.

En 1802, on décide de rapporter au niveau de la mer tous les calculs, ce qui permet de reporter les altitudes sur la carte de France dite “d’état-major”, achevée d'imprimer en 1881. Vers 1830, la lithographie permet de reproduire les couleurs pour représenter le relief : on quitte alors la “carte paysagère” pour la “carte abstraite” et les courbes de niveau vont permettre de quantifier les altitudes. C’est le début de la cartographie moderne.

Le président George Washington réunit des militaires pour effectuer le relevé des États-Unis. En 1809 la première carte générale d’Amérique du Nord est éditée. En France, enfin, l’Atlas universel de géographie de Vivien de Saint-Martin et Franz Shrader parait en 1919-1922 grâce au soutien du ministère de la Guerre. Le Service géographique de l’Armée, chargé des cartes “d'état-major” en France, est remplacé en 1940 par l'Institut Géographique National.

Dès 1891, on travaillait au projet d'une carte internationale du monde, dont la réalisation fut freinée par le manque de coordination des partenaires. Le projet sera entièrement repris par le Département cartographique des Nations Unies. De 1919 à 1921, on tente d'uniformiser les symboles. Les cartes sont redessinées selon des normes plus simples et moins coûteuses. Rien n’a réellement changé depuis cette date, jusqu’à la vulgarisation des ordinateurs.

Bien que le numérique remplace en douceur les cartes papier, celles-ci seront produites encore de longues années, à la grande joie des collectionneurs et des arpenteurs de sentiers pédestres.

 

Cartes anciennes
Voir toutes les cartes anciennes »

Le Monde Connu en 1688 - impression Offset ou Taille-Douce

La carte reproduit la Terre en deux hémisphères compris dans de...
39,00 €

Cartes de l'Etat-Major - Impression taille douce

Dessinées entre 1818 et 1881, les cartes de l'état-major se car...

A partir de 130,00 €

Cartes de Cassini - Impression Taille Douce

Dressée par ordre du roi Louis XV, la "Carte de Cassini" est la plus a...

A partir de 75,00 €

Catalogue produits IGN 2021

Nouveau catalogue produit

Consultez »

Des idées de balades près de chez vous ?

Des idées de balades près de chez vous ?

En savoir plus »

 

Newsletter

Inscription à la newsletter

S'abonner »