Les photographies aériennes de l'IGN : quelles utilisations ?

L’IGN réalise des prises de vue aériennes et commercialise des photos aériennes.
Cette activité peut-être peu connue, se révèle pourtant essentielle dans le processus de fabrication d’une carte et les photographies aériennes font, en outre, l’objet de multiples usages.
Envolez-vous avec l’IGN et découvrez les dessous des vols réalisés par les avions de l’IGN !

La photo aérienne : la donnée de base pour créer une carte !

Fabriquer une carte IGN relève d’un long processus qui fait intervenir des expertises et savoir-faire différents. Les photographies aériennes font partie de ce processus.

Les photographies sont prises à la verticale par 4 avions de l’IGN.

Grâce au chevauchement des clichés on peut reformer dans son intégralité le territoire français !

En effet, on installe alors deux photos aériennes de la même zone dans un appareil, le stéréoscope, qui apporte une vision en relief du paysage. Un dispositif de pointé et d’enregistrement numérique permet de conserver les informations sur ordinateur.

On dispose alors d’une base de données géographique. Une première carte peut alors être générée, mais elle doit être complétée sur le terrain car certains détails restent cachés vu du ciel !

 

La photo aérienne : la preuve par l’image pour les litiges de voisinage, limites de propriétés, évolution du patrimoine, déclaration pour la PAC, et bien d’autres utilisations … !

La photographie aérienne peut également être utilisée dans des cas de litiges de voisinage, de querelles de chemins de servitude et de limites de propriétés. Les particuliers demandent aussi beaucoup de photos prouvant l’existence d’une construction bâtie depuis plus de trente ans, délai ouvrant droit à l’extension d’un bâtiment.

Ils commandent aussi la photo de leur maison, avec son environnement à trois ou quatre dates différentes. Ils peuvent ainsi suivre l’évolution du paysage, le développement urbain, les petits champs devenus grandes cultures, la disparition des haies dont on retrouve les traces sur la photo aérienne, la différence de nature des sols étant visible du ciel…

Sur des zones un peu plus étendues, c’est aussi ce que demandent de plus en plus de communes et de communautés de communes. Des mosaïques des missions *, de la plus ancienne à aujourd’hui, peuvent donner une belle image du patrimoine de la communauté.

Le secteur agricole est devenu un grand utilisateur de photos aériennes. Car les agriculteurs doivent établir les déclarations nécessaires à l’obtention des primes de la Politique agricole commune (PAC) sur la base d’ortho photographies aériennes. Lors d’un changement d’exploitant, le nouvel acquéreur peut aussi chercher à savoir s’il ne détient pas des parcelles concernées par les primes relatives à tel ou tel type de culture.

La Direction générale des Impôts peut également commander des photos aériennes pour contrôler les limites d’un vignoble d’appellation contrôlée…
Reste que l’essentiel de la clientèle est constitué d’architectes, d’urbanistes, de bureaux d’études… pour qui la photo est le meilleur support pour prouver le bien-fondé d’un projet dans une zone donnée. Cela représente plusieurs milliers de consultations par an !

* Mission = on appelle mission la prise de vue IGN d’un département à une date précise.

 

Le saviez-vous ?

Avions IGN : les dessous des vols …

Le Service des Activités Aériennes de l’IGN, basé à Creil, dispose de 4 avions IGN et d’un avion pour la recherche scientifique.
Le SAA doit saisir vingt départements par an, et ne dispose que de quatre mois en moyenne pour les réaliser.
Les prises de vues ne peuvent se faire que dans la plage horaire où le soleil est au-dessus de 30° d’angle d’élévation. Du 15 mai au 15 septembre en général, il y a statistiquement soixante jours favorables. Un délai déjà très court qui laisse encore place à bien des aléas. Entre vendanges et moissons, entre sécheresse et orages, le paysage peut varier considérablement. Pour un rendu homogène, un territoire devrait idéalement être photographié en trois jours..
À ces difficultés d’ordre atmosphérique viennent s’ajouter les contraintes réglementaires du survol du territoire.
Toute mission doit être transcrite sur une carte aéronautique et soumise à autorisation auprès de l’un des cinq Centres régionaux de la navigation aérienne (CRNA), à la cellule des vols spéciaux. Le feu vert reçu, reste à espérer que la station météo du SAA, avec ses prévisions à 48 heures, annoncera un créneau favorable en accord avec les contraintes des CRNA et des militaires !

Catalogue produits IGN 2021

Nouveau catalogue produit

Consultez »

Des idées de balades près de chez vous ?

Des idées de balades près de chez vous ?

En savoir plus »

 

Newsletter

Inscription à la newsletter

S'abonner »