Sentier des Carrières

  • Thématique Campagne
  • Mis à jour le 29/06/2017
  • Identifiant 183712
Placement du signalement : Annuler   Terminer
Sélectionner le fond de carte
PLAN IGN
PHOTOS AERIENNES
CARTES IGN MULTI-ECHELLES
TOP 25 IGN
CARTES DES PENTES
PARCELLES CADASTRALES
CARTES OACI
CARTES 1950 IGN
CARTE DE L’ETAT-MAJOR (1820-1866)
TOPO MONDE ESRI
Afficher les points d'intérêt à proximité
Hébergements
Gîte/chambre d'hôtes
Village vacances
Hôtel
Hébergements divers
Auberge de jeunesse
Refuge
Camping
Relais château
Informations
Etape, fanion
Infos tourisme / Office de tourisme
Arrivée
Point de rencontre
Départ
Autres informations
Lieux d'intérêts
Art & Musées
Lac / Etendue d'eau
Lieux de mémoire
Parc animalier, Zoo
Points de vue, panorama
Patrimoine religieux
Château
Eglise, Abbaye, monastère
Lieu historique
Parc d'attractions
Point d'intérêt naturel
Lieux d'intérêt divers
Chute d'eau
Gorge
Monument & architecture
Patrimoine industriel
Réserve naturelle
Zone de pratique
Col
Histoires et légendes
Parcs et jardins
Patrimoine Mondial de l'Unesco
Point Shopping
Producteurs
Artisans
Poisson
Boulangerie / Pâtisserie
Produit de la ferme
Dégustation
Viande et charcuterie
Alcool
Ferme bio
Restauration
Cafés, Bars
Fast-Food
Pique-Nique
Restaurants / Brasserie
Tables d'hôtes
Services et Commerces
Commerces
Location
Transport
Garage / Réparation
Banques / Distributeurs
Revendeur cartes IGN
Parking
Autre
Autre
Echelle  
durée / niveau
Rando pédestre
02h40 - Facile
distance
10,7 km
type parcours
Boucle
altitude
75 m 177 m 24 m -177 m
Voir le profil altimétrique »
Lieu de départ
35490 Vieux-Vy-sur-Couesnon
accessibilite
prestations payantes
Non
type(s) de sol
Bitume
Terre
Herbe

Photos & vidéos (1)

description

Enfoncez-vous au coeur du territoire de la commune pour partir à l'assaut d'un environnement incroyable.
De nombreux chemins creux vous promènent à travers bois. Ils bordent des cours d'eau tels que le Ruisseau des Vallées d'hervé ou le Couesnon, frontière historique entre Bretons et Normands. Autre richesse : la pierre. La présence d'anciennes carrières témoigne d'un potentiel local, exploité par le passé à des fins de construction. Profitez enfin de la proximité de la mine de Brais pour faire connaissance avec une histoire industrielle pas si lointaine.

Points d'interêt (2)

A

Mine de Brais

Patrimoine industriel
Mine de la Touche exploitée dans la seconde moitié du XIXe siècle avec deux demandes de concession en 1862 et 1879. Les travaux commencent en 1880 avec l'extraction de 500 t de minerai brut. Dix ans plus tard, l'exploitation, toujours au stade des travaux de recherche, laisse augurer un avenir prometteur. En 1890, les travaux prennent de l'ampleur grâce à la création d'une société anonyme. Les galeries s'étendent sur 500 m au sud et 50 m au nord. En 1890, création du puits central équipé d'une machine à vapeur et d'un chevalement en bois. On assiste par ailleurs à la construction de plusieurs bâtiments industriels et administratifs sur le site. Suite aux difficultés rencontrées dans le traitement du minerai, la société interrompt les travaux et est dissoute en 1894. Autour de 1900, la création d'une seconde société relance l'exploitation. La mine connaît alors la période la plus faste de son histoire avec une production annuelle de 12 000 t de plomb argentifère. Pourtant, en 1907, le problème, déjà rencontré en 1894, entraîne la fermeture de l'entreprise. En 1927, la Société des Mines de Saint-Hyppolite-du-Fort, concessionnaire de la mine de plomb argentifère de Trémusson, près de Saint-Brieuc (22), permet la réouverture du site avec un renouvellement architectural privilégiant le béton et l'acier au détriment du bois et du schiste jusqu'alors employés. C'est entre 1927 et 1930 que les cités ouvrières sont construites. La crise de 1929 entraîne la troisième fermeture de l'entreprise qui tente une nouvelle ouverture en 1941, dernière période marquée par les vicissitudes de la guerre, jusqu'à sa fermeture définitive en 1951 provoquée par une brutale venue d'eau. Actuellement, les bâtiments industriels sont dans un état de ruine très avancé ou, pour la majorité, ont disparu. En 1890, mention d'une machine à vapeur de 35 ch. L'énergie hydraulique est fournie par la roue Sagebien du moulin de Brais équipé d'un câble télo-dynamique donnant son mouvement au lavoir. En 1903, une centrale électrique à gaz pauvre est installée dans la vallée. Par transformation du charbon en gaz et combustion de celui-ci, elle fournit à l'exploitation 500 V de courant continu. A partir de 1929, installation d'un double transformateur raccordant le site au réseau général d'électricité alimenté par la Compagnie rennaise du Bourbonnais en courant haute tension. En 1882, la mine emploie huit ouvriers. Dans les années 1892-1893, l'effectif dépasse la centaine et s'élève à trois cents autour de 1900.
Le silo de stockage du minerai, entièrement construit en béton armé, est toujours en place, à proximité du château d'eau. Le magasin industriel en rez-de-chaussée, construit en schiste et couvert d'un toit à longs pans fait face aux anciens bureaux. Aujourd'hui réhabilités en appartements, ils étaient abrités par un bâtiment de plan rectangulaire, à un étage carré enduit, rythmé par trois travées de baies, couvert d'un toit à longs pans en ardoises. La cité des cadres et des contremaîtres, située à proximité, s'organise en pavillons individuels pour les rangs sociaux les plus élevés et en pavillons à logement double pour les autres. L'ensemble, de facture assez modeste, respecte un module plus ou moins constant. Il s'agit d'habitations de plan rectangulaire ou en L, à un étage carré, construites en moellons dans la partie basse et recouvertes d'enduit dans la partie haute, surmontées de toits à longs pans avec ou sans croupe en tuiles mécaniques. La cité ouvrière proprement dite, de type coron, beaucoup plus épurée, s'organise en trois rangées de trois corps de bâtiment situés dans le même alignement et comprenant chacun deux ou trois logements. Il s'agit d'habitations à un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, recouvertes d'enduit et couvertes d'un toit à longs pans en ardoises. Chaque logement possède son petit jardin. Le logis patronal, encore appelé la Direction, offre une architecture plus monumentale avec un corps de bâtiment de plan rectangulaire, à un étage carré et un étage de comble. Enserré dans un enclos, il est enduit, avec des chaînes d'angle en briques, rythmé sur sa façade antérieure par sept travées de fenêtres à arcs surbaissés encadrées de briques et surmonté d'un toit à longs pans en ardoises.
Informations complémentaires
11 r du couesnon
35490 Vieux-Vy-sur-Couesnon
kilomètre 3,05
latitude 48.354
altitude 68 m
longitude -1.47988
Voir la fiche du point d'intéret »
B

Le Couesnon

Point d'intérêt naturel
Petit fleuve côtier de 90km, le COuesnon prend sa source en Mayenne sur la commune de Saint Pierre des Landes. Il constituait, dans sa partie terminal, la frontière entr ele duché de Bretagne et le duché de Normandie. Son cours, jadis très irrégulier, a inspiré le dicton : "Le Couesnon par sa folie a mis le Mont en Normandie". Le Mon Saint Michel se situe en effet du côté normand de son embouchure actuelle. (Wikipedia).
Informations complémentaires

35490 Vieux-Vy-sur-Couesnon
kilomètre 3,06
latitude 48.3577
altitude 23 m
longitude -1.48994
Voir la fiche du point d'intéret »
Publié par Val d'Ille - Aubigné

Val d'Ille - Aubigné

Note moyenne
  • Imprimer »
  • Commenter /
    Evaluer »
  • Exporter sur GPS »
  • Signaler une anomalie »
  • Synchroniser sur mobile »
    Synchroniser sur mobile

      • Le parcours ou point d'intérêt est disponible pour être synchronisé avec un application mobile compatible.


    Consultez la liste des applications compatibles avec IGNrando‘.



    Consultez le processus de synchronisation.


  • Ajouter aux favoris »
  • Partager
    Partager

    Sur les réseaux sociaux


    Par mail