Les crêtes de la croix du Carrelet

  • Thématique Balade
  • Mis à jour le 17/09/2019
  • Identifiant 26614
Placement du signalement : Annuler   Terminer
Sélectionner le fond de carte
PLAN IGN
PHOTOS AERIENNES
CARTES IGN MULTI-ECHELLES
TOP 25 IGN
CARTES DES PENTES
PARCELLES CADASTRALES
CARTES OACI
CARTES 1950 IGN
CARTE DE L’ETAT-MAJOR (1820-1866)
TOPO MONDE ESRI
Afficher les points d'intérêt à proximité
Hébergements
Camping
Relais château
Gîte/chambre d'hôtes
Village vacances
Hôtel
Hébergements divers
Auberge de jeunesse
Refuge
Informations
Départ
Autres informations
Etape, fanion
Infos tourisme / Office de tourisme
Arrivée
Point de rencontre
Lieux d'intérêts
Col
Histoires et légendes
Parcs et jardins
Patrimoine Mondial de l'Unesco
Point Shopping
Art & Musées
Lac / Etendue d'eau
Lieux de mémoire
Parc animalier, Zoo
Points de vue, panorama
Patrimoine religieux
Château
Eglise, Abbaye, monastère
Lieu historique
Parc d'attractions
Point d'intérêt naturel
Lieux d'intérêt divers
Chute d'eau
Gorge
Monument & architecture
Patrimoine industriel
Réserve naturelle
Zone de pratique
Producteurs
Alcool
Ferme bio
Artisans
Poisson
Boulangerie / Pâtisserie
Produit de la ferme
Dégustation
Viande et charcuterie
Restauration
Restaurants / Brasserie
Tables d'hôtes
Cafés, Bars
Fast-Food
Pique-Nique
Services et Commerces
Parking
Commerces
Location
Transport
Garage / Réparation
Banques / Distributeurs
Revendeur cartes IGN
Autre
Autre
Echelle  
durée / niveau
Rando pédestre
05h30 - Moyen
distance
8,1 km
type parcours
altitude
2125 m 729 m 1601 m -724 m
Voir le profil altimétrique »
Lieu de départ
Villard-reymond
accessibilite
prestations payantes
Non
type(s) de sol
Mots clés
randonneurs_aguerris

description

Une belle boucle trilogie tranquille mêlant quiétude des alpages, paysages de crêtes et douceur de la forêt.Se garer au parking d'accueil en bas de Villard-Reymond et prendre la piste forestière en contrebas du Chemin De Velzut (1614m) qui épouse la courbure du cirque du Grand Renaud. Après avoir traversé plusieurs combes, le sentier amorce en lacets une montée dans les magnifiques prairies fleuries des alpages. Le sentier mène en pente franche jusqu'au Grand Riou (1608m), offrant une vue plongeante au-dessus du torrent sauvage.Du Grand Riou, sur la gauche, la montée en lacets parcoure cet immense cirque du Grand Renaud puis bifurque franchement vers un collet rocheux jusqu'au Clot de La Selle (2083m).Poursuivre à flanc de pente dans l'herbe en contrebas de la crête, jusqu'à atteindre celle-ci. La vue est alors panoramique jusqu'à la Croix de Carrelet.La descente abrupte en lacets offre une jolie vue, puis s'engage dans une magnifique forêt de mélèzes, de pins et d'épicéas.Au col de la maison du Loup (1785m), basculer en direction de Villard-Reymond.

Départ

Villard-Reymond

Arrivée

Villard-Reymond

Ambiance

Les magnifiques prairies des alpages forment une entrée et sont une invitation à pénétrer dans le cirque du Grand Renaud. Dans ces paysages sauvages et vierges, la quiétude absolue des lieux invite à l'observation et la contemplation. Une fois les crêtes atteintes, la sensation d'isolement laisse place à un sentiment de domination de liberté aérienne. Le retour par la forêt enveloppe le randonneur de parfums, une trilogie parfaite pour se ressourcer.

Accès routier

D526 jusqu'à La Palud puis D210 jusqu'à Villard-Reymond

Parking conseillé

Parking de Villard-Reymond, juste avant l'entrée du village

infos parcours (8)

1

Pipistrelle commune

Brune aux oreilles relativement courtes, la pipistrelle commune et la pipistrelle pygmée se disputent le titre de la plus petite chauve-souris d’Europe. La pipistrelle commune se rencontre dans des milieux écologiques très divers,même au-delà de 2 000 m d’altitude. Dès l’époque de Jules Ferry, les livres scolaires vantaient les mérites des chauves-souris. En effet, insectivores, elles consomment chaque jour le quart ou le tiers de leur poids en moustiques et autres insectes. Elles émettent des ultrasons inaudibles pour l'oreille humaine. Cette technique leur permettent de se repérer lors de déplacements nocturnes et de capturer leurs proies. On peut souvent les apercevoir autour des réverbères, chassant des insectes en vol et attirés par la lumière.
Informations complémentaires


kilomètre 0,55
latitude 45.0271
altitude 1592 m
longitude 6.01798
2

Campanule en thyrse

Reconnaissable entre toutes, cette campanule porte des fleurs jaunes en épi très compact aussi appelé thyrse. C'est une des rares plantes alpines bisannuelle. Les graines dispersées à l'automne donnent naissance au cours de la première année à de grandes feuilles allongées, poussant en rosette. La floraison ne se produit que la seconde année, au cours de laquelle elle assure sa descendance et meurt. Cette plante se trouve sur les pelouses alpines (de 1 000 à 2 600 m d'altitude) et les rocailles, sur des sols plutôt calcaires. Dressée sur une tige épaisse, creuse et très feuillée, elle mesure de 10 à 40 cm.
Informations complémentaires


kilomètre 1,36
latitude 45.0222
altitude 1623 m
longitude 6.01289
3

Accenteur alpin

L'accenteur alpin possède approximativement la même taille qu'un moineau. Il est un autre habitant des hautes altitudes. Sur le dessus, quelques traits noirs rayent son plumage cendré. Des flammes rousses griffent ses flancs de manière caractéristique. Il trottine régulièrement sur les prairies alpines et pavoise sur la pierre nue. Il n'hésite pas à aller picorer les miettes autour des refuges. L’hiver venu, il migre vers les vallées. Sa transhumance peut même le conduire jusqu’aux rochers du littoral. À la fonte des neiges, le long des névés, il est le prédateur redoutable des petits invertébrés engourdis par le froid.
Informations complémentaires


kilomètre 3,18
latitude 45.0149
altitude 1901 m
longitude 6.00875
4

Vautour fauve

En vol, la silhouette des vautours fauves, rectangulaire, massive et contrastée, est unique. Leur envergure varie de 2,60 m à 2,80 m pour un poids de 6 à 9 kg... à jeun ! Posés, ils se caractérisent par des couleurs brune et crème et un long cou couvert d'un duvet blanc et ras qui émerge d'une collerette de plumes blanches duveteuses. Grégaires, les vautours vivent en colonie dans les falaises. Cette espèce est principalement charognarde.
Informations complémentaires


kilomètre 4,49
latitude 45.018
altitude 2081 m
longitude 6.01875
5

Grassette commune

Ce sont ses feuilles d'un vert clair presque jaune qui permettent de la repérer sur le sol humide. Le dessus de ces feuilles, gluant, est un vrai piège pour les moucherons qui s'y aventurent. La plante est carnivore pour combler le manque d'azote des terrains humides.
Informations complémentaires


kilomètre 5,54
latitude 45.0235
altitude 2018 m
longitude 6.02656
6

Tétras Lyre

La limite supérieure de la forêt est propice à rencontrer le tétras lyre. Faisant confiance à son plumage terne, la poule reste camouflée dans la végétation. Il est donc très difficile de l’observer. Par contre, les coqs noir et blanc avec des « sourcils » rouges sont moins discrets, surtout pendant la période de reproduction où leur roucoulements et chuintements résonnent dans la montagne tôt le matin .
Informations complémentaires


kilomètre 6,15
latitude 45.0262
altitude 1870 m
longitude 6.0275
7

Lièvre variable

Nombreux sont les lièvres variables, appelés aussi "blanchons", qui vous ont observés… même si l’inverse est rarement vrai. Brun l’été, blanc l’hiver, le blanchon est présent dans toutes les Alpes. Comme le lièvre d'Europe dont il diffère par une taille plus petite, une queue blanche et des oreilles plus courtes, il laisse dans la neige des traces en Y dues à son mode de déplacement par bonds (il ramène les pattes arrière devant les pattes avant). D’ailleurs, ce sont souvent ses empreintes et ses quelques crottes en billes rondes et sèches qui trahissent son passage. Ses larges pattes poilues sont de véritables raquettes lui permettant de rester à la surface de la neige, même poudreuse.
Informations complémentaires


kilomètre 6,68
latitude 45.0281
altitude 1861 m
longitude 6.02435
8

Villard-Reymond

Perché à 1640 m d'altitude, c'est le plus haut village de l'Isère, et le second plus haut de France. 40 personnes y vivent aujourd'hui (il n'y a que 6 habitants permanents), tandis qu'elles étaient presque 300 il y a 150 ans. Les pentes assez douces et l'exposition ont permis une activité agro-pastorale malgré l'altitude. Les paysans pouvaient être employés aux ardoisières d'Ornon, les femmes pouvaient travailler à domicile pour les gantiers de Grenoble. L'accès aux vallées à toujours été difficile, et en 1960 un téléphérique permet de descendre le bétail dans la plaine du Bourg d'Oisans. Aujourd'hui, on vit et on vient à Villard-Reymond pour la qualité de son environnement.
Informations complémentaires


kilomètre 7,74
latitude 45.034
altitude 1643 m
longitude 6.01798