Balades Historique Fort de Vaux

  • Thématique Tourisme de mémoire
  • Mis à jour le 18/02/2016
  • Identifiant 44228
Placement du signalement : Annuler   Terminer
Sélectionner le fond de carte
PLAN IGN
PHOTOS AERIENNES
CARTES IGN MULTI-ECHELLES
TOP 25 IGN
CARTES DES PENTES
PARCELLES CADASTRALES
CARTES OACI
CARTES 1950 IGN
CARTE DE L’ETAT-MAJOR (1820-1866)
Open Street Map
Afficher les points d'intérêt à proximité
Hébergements
Gîte/chambre d'hôtes
Village vacances
Hôtel
Hébergements divers
Auberge de jeunesse
Refuge
Camping
Relais château
Informations
Etape, fanion
Infos tourisme / Office de tourisme
Arrivée
Point de rencontre
Départ
Autres informations
Lieux d'intérêts
Art & Musées
Lac / Etendue d'eau
Lieux de mémoire
Parc animalier, Zoo
Points de vue, panorama
Patrimoine religieux
Château
Eglise, Abbaye, monastère
Lieu historique
Parc d'attractions
Point d'intérêt naturel
Lieux d'intérêt divers
Chute d'eau
Gorge
Monument & architecture
Patrimoine industriel
Réserve naturelle
Zone de pratique
Col
Histoires et légendes
Parcs et jardins
Patrimoine Mondial de l'Unesco
Point Shopping
Producteurs
Artisans
Poisson
Boulangerie / Pâtisserie
Produit de la ferme
Dégustation
Viande et charcuterie
Alcool
Ferme bio
Restauration
Cafés, Bars
Fast-Food
Pique-Nique
Restaurants / Brasserie
Tables d'hôtes
Services et Commerces
Commerces
Location
Transport
Garage / Réparation
Banques / Distributeurs
Revendeur cartes IGN
Parking
Autre
Autre
Echelle  
durée / niveau
Rando pédestre
01h - N/A
distance
0,6 km
type parcours
altitude
341 m 8 m 338 m -8 m
Voir le profil altimétrique »
Lieu de départ
55400 Damloup
accessibilite
prestations payantes
Non
type(s) de sol

Photos & vidéos (6)

description

La construction du fort commence vers 1881 et dure jusqu’en 1884. Il est ensuite constamment rénové et amélioré jusqu’au commencement de la première guerre mondiale. A partir du 9 août 1915, le fort est désarmé, la garnison est réduite, les canons des casemates sont enlevés et le fort ne subit que très peu de dommages. Mais le 21 février 1916 tout change : les Allemands attaquent. Pour éviter la perte du fort de Vaux après celle du fort de Douaumont, l’état-major envoie une garnison de 279 hommes en renfort. Les Allemands veulent prendre le fort et les bombardements sont violents, des obus de 420 mm s’abattent sur les abris bétonnés, endommageant gravement une tourelle de 75. Durant 4 mois, l'avancée allemande se fera lentement, au prix de nombreuses vies humaines. Le 1er juin 1916, les Allemands lancent une attaque. Rapidement, les unités qui défendent l’extérieur du fort sont décimées et obligées de se replier.Sous la direction du Commandant Raynal, la garnison va opposer une farouche et héroïque résistance. Attaquée de toute part, elle combat pour chaque pouce de couloir, pour chaque mètre de gaine où s’infiltrent les troupes d’assauts allemandes. Celles-ci attaquent aux lance-flammes, à la grenade, aux gaz... Les combats au corps à corps à l’intérieur du fort sont d’une violence inouïe. Sans soutien extérieur, manquant de nourriture, d’eau et bientôt de munitions, le 7 juin 1916 au matin, le fort succombe. La soif aura eu raison de ces valeureux combattants qui se rendent sous les honneurs des soldats allemands. Le 2 novembre 1916, les troupes françaises reprennent le fort aux Allemands.La visite du fort permet de comprendre les conditions de vie quotidiennes des combats assiégés au cœur de la forteresse, acteurs d’un drame héroïque devenu symbole de la résistance du soldat de Verdun.À découvrir : le poste du commandement, l’infirmerie, le poste de télécommunication, le pigeonnier, la casemate de Bourges avec ses deux canons 75…

infos parcours (8)

1

Départ du parking

Informations complémentaires

55400 Damloup
kilomètre 0,00
latitude 49.1997
altitude 341 m
longitude 5.47057
2

Coffre de contrescarpe

La contre-escarpe ou contrescarpe est un mur délimitant le fossé autour d'une fortification. Ce mur se trouve sur la paroi extérieure du fossé, par opposition au mur d'escarpe qui est, lui, sur la paroi intérieure de ce fossé.Ainsi le coffre de contre-escarpe est un organe de flanquement du fossé du fort. Intégré à la contre-escarpe du fossé, et situé aux saillants du fort, il peut être simple ou double tirant ainsi dans une ou deux parties du fossé. Ainsi ce premier coffre ne tire que vers un côté, dans le fossé à votre droite.Le plus souvent le coffre de contre-escarpe est relié au reste du fort par une galerie passant sous le fossé ce qui est le cas de ceux du fort de Vaux.
Informations complémentaires

55400 Vaux-devant-Damloup
kilomètre 0,16
latitude 49.2006
altitude 339 m
longitude 5.47097
3

Canon de 75mm.

Ce canon est surmonté d'une tourelle d'observation. Celle-ci communiquait les consignes de tirs aux servants du canon.C'est cette tourelle qui est illustré sur la photographie.
Informations complémentaires

55400 Vaux-devant-Damloup
kilomètre 0,21
latitude 49.2007
altitude 338 m
longitude 5.47037
4

Coffre double.

Ce coffre de contrescarpe couvrait de son tir les deux fossés.
Informations complémentaires

55400 Vaux-devant-Damloup
kilomètre 0,31
latitude 49.2012
altitude 339 m
longitude 5.46981
5

Canon de 75.

Ces canons de 75mm sont visibles à l'intérieur du Fort.Visite indispensable !
Informations complémentaires

55400 Vaux-devant-Damloup
kilomètre 0,41
latitude 49.2005
altitude 341 m
longitude 5.46896
6

Entrée pour la visite de l’intérieur.

Munissez vous de vêtements chauds, et parcourez les intérieurs du fort.
Informations complémentaires

55400 Vaux-devant-Damloup
kilomètre 0,45
latitude 49.2003
altitude 340 m
longitude 5.46942
7

Plaque à la mémoire des défenseurs du fort de Vaux.

Le 1er juin, sous le couvert d'un feu roulant très intense, quatre compagnies allemandes progressent vers l'ouvrage fortifié. Les Français se retranchent dans les coffres de contre-escarpe et une âpre lutte s'engage dans les fossés du fort. Le 2 juin, dans le coffre double situé au nord, les Allemands utilisent des lance-flammes à travers les créneaux, forçant les soldats français à se replier vers la caserne, tandis qu'au Nord-Est, suite à de très violents combats au corps à corps, les Allemands parviennent à s'emparer du coffre simple et à pénétrer dans les galeries de liaison souterraines. Aussitôt, les défenseurs s'organisent et construisent des barrages de fortune avec tout ce qui leur tombe sous la main. Le chaos s'installe rapidement du fait de l'étroitesse des galeries (1,70 m en hauteur sur 1,20 m de large) qui empêche de manœuvrer correctement, mais également à cause de l'obscurité. On se bat à la grenade, au lance-flammes à la baïonnette ou encore à la pelle de tranchée. Dès lors, la soif tenaille les défenseurs du fort. Les 4 et 6 juin, les Allemands attaquent par la gaine ouest à partir du coffre de contre-escarpe simple et parviennent à repousser les défenseurs dans les tréfonds des tunnels, mais n'arrivent cependant pas à s'emparer définitivement du bastion. Certains soldats français parviennent à s'échapper par une ouverture dans le béton, mais la plupart des défenseurs poursuivent la résistance. Le 6 juin, une expédition de secours est finalement montée par les français, mais elle est très rapidement anéantie, et les soldats assiégés comprennent qu'ils ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes. Finalement, le 7 juin à 6 h 30, c'est un groupe de 250 survivants éreintés, meurtris, assoiffés et à bout qui finit par déposer les armes, au terme de six jours de combats effroyables. Les honneurs militaires leur sont rendus par leurs ennemis pour leur résistance héroïque.
Informations complémentaires

55400 Damloup
kilomètre 0,48
latitude 49.2002
altitude 340 m
longitude 5.46978
8

Plaque en mémoire des «Colombophiles morts pour la France», ainsi qu’à celui du «Pigeon de Verdun»

Durant la Première Guerre mondiale, des pigeons voyageurs ont été utilisés par les Français pour communiquer sur le front.Ces pigeons-soldats faisaient l'objet d'une attention toute particulière. Ainsi, ces pigeons-héros ont aussi leur monument.Exposés aux mêmes dangers et risques que les hommes, certains ont été décorés comme des soldats. Ce fut le cas du célèbre Vaillant (matricule 787.15)2, dernier pigeon du fort de Vaux, lâché le 4 juin 1916 à 11 h 30 pour apporter à Verdun un ultime message du commandant Raynal. Il eut le privilège d'être cité à l'ordre de la Nation pour avoir transporté au travers des fumées toxiques et des tirs ennemis le message suivant :« Nous tenons toujours, mais nous subissons une attaque par les gaz et les fumées très dangereuses. Il y a urgence à nous dégager. Faites-nous donner de suite toute communication optique par Souville, qui ne répond pas à nos appels. C'est mon dernier pigeon. Signé : Raynal.»Gravement intoxiqué par les gaz de combat, le pigeon arriva mourant au colombier mais vécut encore quelques années.
Informations complémentaires

55400 Damloup
kilomètre 0,50
latitude 49.2001
altitude 340 m
longitude 5.47008

Points d'interêt (1)

A

Fort de Vaux

Lieu historique
Le fort de Vaux est un fort Séré de Rivière. Dès le début de la bataille de Verdun, le fort de Vaux est un des objectifs prioritaires de l’offensive allemande. Début mars 1916, les Allemands, parvenus à quelques centaines de mètres du fort, engagent un siège de cent jours. Dans le fort, soumis à un déluge d’artillerie, la résistance s’organise malgré le manque de vivres et d’eau. Le 1er juin, les Allemands atteignent le fort : la garnison française, isolée, sans soutien extérieur, va mener une semaine de combats héroïques dans l’intérieur du fort, avant d’être vaincue par l’épuisement de ses forces.

La visite du fort permet de comprendre les conditions de vie quotidiennes des combats assiégés au cœur de la forteresse, acteurs d’un drame héroïque devenu symbole de la résistance du soldat de Verdun.

À découvrir : le poste du commandement, l’infirmerie, le poste de télécommunication, le pigeonnier, la casemate de Bourges avec ses deux canons 75…
Informations complémentaires

55400 Vaux-devant-Damloup
kilomètre 0,09
latitude 49.2004
altitude 337 m
longitude 5.47016
Voir la fiche du point d'intéret »
Note moyenne
  • Imprimer »
  • Commenter /
    Evaluer »
  • Exporter sur GPS »
  • Signaler une anomalie »
  • Synchroniser sur mobile »
    Synchroniser sur mobile

      • Le parcours ou point d'intérêt est disponible pour être synchronisé avec un application mobile compatible.


    Consultez la liste des applications compatibles avec IGNrando‘.



    Consultez le processus de synchronisation.


  • Ajouter aux favoris »
  • Partager
    Partager

    Sur les réseaux sociaux


    Par mail