Béthune à l’heure anglaise

  • Thématique Tourisme de mémoire
  • Mis à jour le 23/03/2016
  • Identifiant 51080
Placement du signalement : Annuler   Terminer
Sélectionner le fond de carte
PLAN IGN
PHOTOS AERIENNES
CARTES IGN MULTI-ECHELLES
TOP 25 IGN
CARTES DES PENTES
PARCELLES CADASTRALES
CARTES OACI
CARTES 1950 IGN
CARTE DE L’ETAT-MAJOR (1820-1866)
TOPO MONDE ESRI
Afficher les points d'intérêt à proximité
Hébergements
Camping
Relais château
Gîte/chambre d'hôtes
Village vacances
Hôtel
Hébergements divers
Auberge de jeunesse
Refuge
Informations
Départ
Autres informations
Etape, fanion
Infos tourisme / Office de tourisme
Arrivée
Point de rencontre
Lieux d'intérêts
Col
Histoires et légendes
Parcs et jardins
Patrimoine Mondial de l'Unesco
Point Shopping
Art & Musées
Lac / Etendue d'eau
Lieux de mémoire
Parc animalier, Zoo
Points de vue, panorama
Patrimoine religieux
Château
Eglise, Abbaye, monastère
Lieu historique
Parc d'attractions
Point d'intérêt naturel
Lieux d'intérêt divers
Chute d'eau
Gorge
Monument & architecture
Patrimoine industriel
Réserve naturelle
Zone de pratique
Producteurs
Alcool
Ferme bio
Artisans
Poisson
Boulangerie / Pâtisserie
Produit de la ferme
Dégustation
Viande et charcuterie
Restauration
Restaurants / Brasserie
Tables d'hôtes
Cafés, Bars
Fast-Food
Pique-Nique
Services et Commerces
Parking
Commerces
Location
Transport
Garage / Réparation
Banques / Distributeurs
Revendeur cartes IGN
Autre
Autre
Echelle  
durée / niveau
Rando pédestre
02h - Moyen
distance
4,4 km
type parcours
altitude
36 m 29 m 23 m -29 m
Voir le profil altimétrique »
Lieu de départ
22 grand place
62400 Béthune
accessibilite
prestations payantes
Non
type(s) de sol
Bitume
Mots clés
14-18, pas-de-calais, chemin

Photos & vidéos (1)

description

Située à une quinzaine de kilomètres du front, Béthune est, pendant toute la Première Guerre mondiale, une « ville anglaise », où séjournent des flots de permissionnaires et cantonnent de nombreux régiments.

Dans les hôpitaux installés dans les collèges réquisitionnés, on s’efforce de soigner les blessés ramenés du front.

Exposée ponctuellement aux bombardements, Béthune est victime, en 1918, d’une opération de destruction méthodique de son centre-ville, lorsque l’offensive allemande déclenchée sur la Lys, le 9 avril, tourne à l’échec ; seul le beffroi construit au XIVe siècle a résisté aux « orages d’acier »…

La ville a bénéficié d’une reconstruction éclectique au cours des années 1920 ; sa Grand-Place, avec ses maisons à pignon sur rue, constitue désormais un magnifique décor urbain.

Informations pratiques

Contact : Office de tourisme de la région de Béthune-Bruay
Téléphone : +33 (0)3 21 52 50 00
E-mail : accueil(at)tourisme-bethune-bruay(dot)fr
Site web : www.tourisme-bethune-bruay.fr
Point de départ : Grand’ Place, 62400 Béthune

infos parcours (16)

1

1 - Beffroi de Béthune

Dans la partie finale de la guerre, le centre-ville de Béthune est détruit à 90 pourcents, les bombardements de mai 1918 causant d’énormes dégâts : plus de 70 000 obus tombent sur la ville, point stratégique convoité par les Allemands depuis le début de la guerre. Le beffroi sort du conflit, lézardé et découronné. Seul vestige de l’époque médiévale datant de 1388, il est sauvé grâce à la protection des maisons qui l’entouraient. Il est envisagé de le laisser en l’état pour témoigner de la barbarie allemande, mais il est finalement restauré. Le nouveau carillon est inauguré le 6 octobre 1929. Sur le bourdon, on peut lire : « VIGILANTE EST MON NOM. Je remplace Joyeuse détruite par la guerre et du haut du beffroi restauré, je sonne la Paix, à la gloire et à l’avenir de Béthune reconstituée ».

Crédits images : MERB

En savoir plus sur cette étape
http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/les-chemins/la-reconstruction-dans-les-territoires-devastes/hotel-de-ville-et-grandplace-de-bethune.html
Informations complémentaires
1 av jean jaures
62400 Béthune
kilomètre 0,04
latitude 50.5305
altitude 36 m
longitude 2.63983
2

2 - Collège de Garçons

Ce collège, géré par l’Union des Femmes Françaises abrite l’hôpital auxiliaire n°103. On compte 50 lits dès son ouverture le 8 août 1914. Bombardé, il ferme le 8 novembre 1914. L’hôpital est repris par le service de santé britannique le 6 octobre 1915. Les élèves, cohabitant avec les soldats blessés, sont entraînés à réagir en cas de danger : ils doivent prendre leurs lampes électriques et se diriger vers la cave et savoir se servir de leur masque à gaz. Transférés à Bruay-en Artois suite aux bombardements d’août 1916, ils laissent place aux troupes britanniques en cantonnement jusqu’à la fin de la guerre.

Crédits images : MERB
Informations complémentaires
50 r edouard herriot
62400 Béthune
kilomètre 0,16
latitude 50.5303
altitude 35 m
longitude 2.64087
3

3 - Théâtre municipal

Le théâtre, inauguré en 1912, est un lieu de détente apprécié des troupes britanniques au repos. Situé à proximité des lieux de cantonnements, il a souvent ses 1200 places occupées, tous les jours de la semaine, en fin d’après-midi, mais jamais le dimanche. Dans ce théâtre, les Pierrots, tiennent le plus souvent l’affiche et donnent des variétés et des revues avec décors, tandis qu’au Petit Théâtre du Jeu de Paume ou Palladium situé place Foch, les Francies donnent dans le British Rubish. Construit par l’architecte GUILLAUME, le théâtre ne nécessite après-guerre que des restaurations confiées à Paul DEGEZ.

Crédits images : A.LEYVAL
Informations complémentaires
157 bd victor hugo
62400 Béthune
kilomètre 0,30
latitude 50.5308
altitude 32 m
longitude 2.64255
4

4 - Collège de Jeunes Filles

En 1915, le Buckinghamshire Regiment cantonne dans cet ancien Collège flambant neuf et témoigne : « Les officiers sont logés dans des maisons privées à proximité. Le collège est bien équipé : les soldats peuvent profiter d’une cuisine équipée, et prendre des bains et des douches. Beaucoup de béthunoises sont employées au nettoyage et au repassage des vêtements ». D’autres régiments transiteront par le collège, comme le 17ème Middlesex Regiment, un bataillon de footballeurs réputé.

Crédits images : MERB
Informations complémentaires
316 bd victor hugo
62400 Béthune
kilomètre 0,46
latitude 50.5295
altitude 33 m
longitude 2.64371
5

5 - Collège Saint Vaast

Dès novembre 1914, les Hindous sont soignés dans cet hôpital situé à 12 kms du front. La 33th Casualty Clearing Station (C.C.S) y prend place pour deux ans dès septembre 1915. Durant la guerre, le collège subit de nombreux bombardements, engendrant des évacuations récurrentes comme en mai 1915 ou juin 1916. On y trouve une salle d’opération bien équipée, jouxtée d’un laboratoire microbiologique et une radiographie où les grands noms de la médecine se succèdent, mais également des dortoirs pour les blessés et des salles de bains-douches confortables, qui voient parfois passer plus de 800 hommes par jour. Les élèves et les soldats cohabitent, si bien que le soir, couchés dans les sous-sols, ils peuvent entendre les cris de douleur des soldats.

Crédits images :
Informations complémentaires
141 r paul doumer
62400 Béthune
kilomètre 1,17
latitude 50.5341
altitude 27 m
longitude 2.64233
6

6 - Béthune Town Cemetery

Le 10 octobre 1914, l’armée française se retire vers Arras, le général Foch s’étant entendu avec le maréchal anglais French pour que l’armée britannique défende Béthune. Cela durera quatre années.

Le premier soldat britannique est enterré dans le cimetière le 14 octobre de la même année, jour anniversaire de la bataille d’Hastings, ville jumelée avec Béthune. La majeure partie des tombes sont celles de soldats décédés dans les ambulances anglaises installées dans les collèges de la ville. Un premier terrain à droite est concédé aux autorités britanniques, mais il est très vite trop petit. Le fond du cimetière se remplit au cours de la guerre. Les inscriptions sur les tombes érigées de manière chronologique permettent à la fois de mesurer l’ampleur des batailles du secteur (Festubert, Givenchy-lès-la-Bassée…), mais également de l’étendue de l’Empire colonial britannique. Les dernières tombes sont celles de 26 soldats et officiers du Manchester Regiment qui ont été tués d’une seule bombe d’avion le 22 décembre 1917 sur le boulevard Kitchener.

Ce cimetière conçu par Edwin Lutyens contient les tombes de 2923 soldats britanniques, 122 français, 87 allemands.

Crédits images : MERB
Informations complémentaires
246 r du pont de pierres
62400 Béthune
kilomètre 1,87
latitude 50.5381
altitude 26 m
longitude 2.64575
7

7 - Monument au 73e RI

Ce monument, à la gloire des 73e et 273e régiments d’infanterie et du 6e régiment d’infanterie territoriale, a été érigé par l’architecte René Deligny et le sculpteur Paul Graf. On observe la représentation de Minerve, déesse de la stratégie guerrière, tenant un drapeau, dressée sur un piédestal, ainsi qu’à ses pieds, les armoiries des villes d’Aire-sur-la-Lys, Hesdin et Béthune. Ce monument est inauguré le 28 mai 1933 en présence du Maire Alexandre Ponnelle et des officiers et soldats des anciens régiments béthunois, ayant été dissous après la Grande Guerre.

Crédits images : A.LEYVAL
Informations complémentaires
114 pl lamartine
62400 Béthune
kilomètre 2,63
latitude 50.5345
altitude 32 m
longitude 2.63849
8

8 - Sous-Préfecture

Sous-Préfet de Béthune dès le 12 janvier 1914, Adrien Bonnefoy-Sibour n’a de cesse de remplir ses fonctions avec sang-froid et courage. Le 12 avril 1918, la situation est telle qu’il ordonne d’évacuer la ville, même s’il reste présent avec une cinquantaine d’irréductibles. Compte-tenu des évènements, le conseil municipal s’exile à Berck-sur-Mer. Le 28 décembre 1919, le sous-préfet reçoit le Président Raymond Poincaré venu remettre la Croix de la Légion d’Honneur et la Croix de Guerre à la ville.

Crédits images : Archives de la Préfecture de police
Informations complémentaires
3 pl lamartine
62400 Béthune
kilomètre 2,69
latitude 50.5342
altitude 32 m
longitude 2.63798
9

9 - Caserne Chambors

Située à proximité d’un terrain d’entraînement militaire sur le Champ de Mars (actuel centre sportif), la caserne sert de centre principal de mobilisation. Les Casernes Lafeuillade et Montmorency, et les collèges de la ville sont également réquisitionnés. Les plus jeunes recrues sont affectées au 273ème R.I. Les plus âgées forment le 6ème Territorial. Une fois recrutés, les soldats se dirigeaient en cortège jusqu’à la gare.

Crédits images : MERB
Informations complémentaires
229 r fernand bar
62400 Béthune
kilomètre 2,92
latitude 50.5333
altitude 29 m
longitude 2.63539
10

10 - Plaque Bristol

Le 18 septembre 1920 à 18h40, la ville de Béthune reçoit un télégramme de la British League of Help : Bristol sera sa marraine et l’aidera à reconstruire. En effet, de nombreux soldats britanniques ont cantonné à Béthune et y sont restés fortement attachés. Près de 70 000 soldats s’enrôlent à Bristol et des millions de munitions et d’armes sont embarqués dans le port de cette ville pour la France. Malgré une forte crise économique locale, des souscriptions britanniques aident la ville à construire la cité Bristol inaugurée le 24 mars 1925 sur l’ancien Champ de Mars. Elle est détruite en 1968.

Crédits images : A.LEYVAL
Informations complémentaires
354 r fernand bar
62400 Béthune
kilomètre 3,08
latitude 50.5329
altitude 27 m
longitude 2.63411
11

11 - Hôpital général

L’hôpital général soigne des civils ainsi que des militaires de différentes nationalités (Français, Britanniques, Allemands). Soumis aux bombardements réguliers, les blessés sont envoyés à Saint-Omer ou Berck-sur-Mer. Seuls les grands blessés intransportables restent et sont soignés par les médecins et les sœurs franciscaines. L’hôpital est définitivement évacué en 1917, et ne réouvrira qu’en avril 1919. Deux pavillons de l’ancien hôpital sont visibles rue Boutleux. La chapelle Saint Pry, quant à elle, date de la Reconstruction.

Crédits images : MERB
Informations complémentaires
166 r ludovic boutleux
62400 Béthune
kilomètre 3,62
latitude 50.5298
altitude 27 m
longitude 2.63489
12

12 - Caserne Montmorency

La caserne Montmorency se trouvait sur l’actuel emplacement de l’École Sévigné et du François Albert. Ce bâtiment, sert de cantonnement pour les soldats britanniques. Robert Graves, du Royal Welsh Fusiliers, de retour de la tranchée de la Ferme des Briques dans la région de Cambrin, raconte dans son livre Good-Bye to All That : «Nous passâmes la nuit à remettre en état des tranchées endommagées. Au matin, nous fûmes relevés par les Middlesex qui au repos étaient cantonnés au Collège de Jeunes Filles et rentrâmes à Béthune où nous débarrassâmes de notre petit équipement à la Caserne Montmorency… ».

Crédits images : Famille Graves
Informations complémentaires
1 imp saint-yor
62400 Béthune
kilomètre 3,70
latitude 50.5303
altitude 27 m
longitude 2.6351
13

13 - Monuments aux morts

Le monument est conçu par Jacques Alleman et le sculpteur Edgar Boutry grâce, en partie, à une souscription. Il représente une minerve de paix entourée de deux peupliers d’Italie. La scène montre une femme voilée, personnifiant la liberté, drapée dans sa robe de pierre, évoquant la douleur. Le triomphe militaire armé est figuré par une couronne de lauriers. La présence des palmes exprime la grandeur des soldats morts pour la patrie. L’inauguration a lieu le 11 novembre 1928. Le discours du Maire de l’époque, Alexandre Ponnelle, montre bien l’état d’esprit qui entourait cet évènement : « Aujourd’hui, au souvenir commémoratif, Béthune ajoute un hommage plus solennel encore par l’inauguration d’un monument qui doit rappeler à jamais aux générations futures le sublime sacrifice de leurs aînés…Les nations opprimées auront toujours leurs regards tournés vers la France qui restera éternellement la gardienne du droit et de la justice ». A proximité se trouvait l’hôtel de Baynast, quartier général britannique aujourd’hui disparu.

Crédits images : Médiathèque Elie Wiesel
Informations complémentaires
45 BIS r louis blanc
62400 Béthune
kilomètre 3,95
latitude 50.5315
altitude 33 m
longitude 2.63704
14

14 - Église Saint Vaast

L’église du XVIème siècle est totalement détruite pendant le conflit. Lors du déblaiement, en juin 1919, les ruines sont encore fumantes. Louis-Marie Cordonnier reconstruit l’église entre 1924 et 1927 dans un style néo-gothique, avec des influences byzantines et Art déco. L’église est meublée avec l’aide des souscriptions lancées par l’Archiprêtre Pruvost. On peut noter la présence d’une plaque à la mémoire des civils dans le chœur, d’un mémorial commémorant la présence de l’Empire britannique dans le transept nord, mais également la chapelle des Charitables, qui continuèrent à enterrer les défunts durant la guerre.

Crédits images : OTBB
Informations complémentaires
2 pl saint-vaast
62400 Béthune
kilomètre 4,07
latitude 50.5319
altitude 34 m
longitude 2.63797
15

16 - Grand' Place

La reconstruction de Béthune entre dans le cadre de la loi Cornudet qui impose à toutes les communes de plus de 10.000 habitants un plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension. Le principe retenu par l'architecte Mulart en est simple : faciliter la circulation à l'intérieur de la ville en élargissant ou perçant de de nouvelles voies, tout en conservant le parcellaire médiéval : une reconstruction entre tradition et modernité. La Grand-Place fait l'objet d'une attention particulière. Chaque architecte donne ici une touche personnelle si bien que la place présente un style éclectique. Le recours à de nouveaux matériaux et à une décoration étonnante donnent l’effet d’un décor de théâtre à ciel ouvert : l’usage de la brique rouge et des pignons à redents évoquent le style régionaliste, tandis que les volumes simples et épurés, et les nombreux motifs géométriques sont représentatifs de l’Art déco.

Il est important de se souvenir que pendant la guerre, cette place pullule de soldats originaires de tout l’Empire britannique : Écossais, Canadiens, Indiens, Australiens…Béthune vit véritablement à l’heure anglaise. Le Café du Globe est un lieu où l’on vient régulièrement se détendre. Les soldats sont régulièrement pris en photo durant cette période, posant devant les commerces ou dans les ruines de la ville ou faisant des contrôles de sécurité. Le Roi Georges V se rendra plusieurs fois à Béthune pour passer ses troupes en revue ou constater les dommages causés par les bombardements.

Crédits images : MERB

En savoir plus sur cette étape
http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/les-chemins/la-reconstruction-dans-les-territoires-devastes/hotel-de-ville-et-grandplace-de-bethune.html
Informations complémentaires
13 grand place
62400 Béthune
kilomètre 4,21
latitude 50.5311
altitude 35 m
longitude 2.63899
16

15 - Hôtel de ville

Après avoir rejeté le projet de l’architecte régionaliste Louis-Marie Cordonnier pour la reconstruction de l’Hôtel de Ville au centre de la place et autour du beffroi, la municipalité lance en 1926 un concours, qui réunit onze candidats. Elle retient Jacques Alleman, bien que celui-ci ne l’ait pas gagné, mais le contraint à lui remettre un rapport d’esthétique préparatoire et, après maintes controverses, décide de réutiliser le terrain que la mairie occupait déjà avant la guerre, c’est-à-dire un parcellaire exigu. Jacques Alleman adapte les mêmes solutions architecturales que pour le reste de la place. Sur la façade, entourant les armes de la ville, il décide d’apposer les décorations de la Légion d’Honneur et de la croix de guerre, remise par le Président Raymond Poincaré le 28 décembre 1919 en hommage aux sacrifices consentis par cette ville martyre. L’inauguration a lieu le 7 avril 1929. Le maire, Alexandre Ponnelle, très enthousiaste sur la renaissance de la cité, évoque avec fierté « un édifice à l’allure grande et belle ». Classé Monument Historique depuis avril 2002, l’Hôtel de Ville est l’un des plus beaux monuments de style Art déco de la région.

Crédits images : Bnf / P.Morès

En savoir plus sur cette étape
http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/les-chemins/la-reconstruction-dans-les-territoires-devastes/hotel-de-ville-et-grandplace-de-bethune.html
Informations complémentaires
1 grand place
62400 Béthune
kilomètre 4,24
latitude 50.5309
altitude 35 m
longitude 2.63878
Note moyenne
  • Imprimer »
  • Commenter /
    Evaluer »
  • Exporter sur GPS »
  • Signaler une anomalie »
  • Synchroniser sur mobile »
    Synchroniser sur mobile

      • Le parcours ou point d'intérêt est disponible pour être synchronisé avec un application mobile compatible.


    Consultez la liste des applications compatibles avec IGNrando‘.



    Consultez le processus de synchronisation.


  • Ajouter aux favoris »
  • Partager
    Partager

    Sur les réseaux sociaux


    Par mail